[XÉNOPHOBIE] ¦ LES BAMUNS NE SONT PAS AMNÉSIQUES, ILS ONT JUSTE UN CODE MORAL QUI RECOMMANDE LA NOBLESSE, LE RESPECT DE LA DIGNITÉ HUMAINE ET LA PAIX SOCIALE

0
500

Ce n’est donc pas la première ni la dernière fois que cette communauté but des scènes de persécutions injustifiées dans le Sud du pays sans pour autant recourir à la violence et aux scènes des vengeances. Cette attitude est dictée par le désir de «vivre ensemble» dans le cadre républicain. Dans le Département du Noun, les scènes de pillage des biens de tous nos compatriotes Camerounais ne sont pas une option, parce que les Bamum s’efforce à éduquer leurs enfants à beaucoup travailler. C’est la culture du «grenier» qui nous dicte d’apprendre à manger ce nous avons entre les main en songeant à ce que nous avons au feu et au grenier! 

MAIS CES DERNIERS TEMPS, LE PHÉNOMÈNE DE «ZAGUINA ET DE VENDEURS D’OSSEMENTS HUMAINS» TERNISSENT L’IMAGE DE NOTRE COMMUNAUTÉ 

Certains de nos frères influencés par la vie facile, par manque d’éducation se livrent à des pratiques d’escroquerie comme le «triangle», la «vente des ossements et organes humains» depuis la dernière décennie. Cela donne une très mauvaise réputation à la communauté Bamum. C’est donc dans une posture d’intégrité que les familles Bamum dénoncent de manière féroce ces malfrats dans leurs rangs pour éviter à être assimilés à eux de manière générique. Il n’y a pas de crime par association. Chaque Bamum doit être bien triste par les événements qui se répètent dans le grand Sud du pays où leurs frères et sœurs font le petit commerce. Ce qui s’est passé à Sangmelima est d’une gravité inexcusable. Toutefois, il faut toujours se poser les très bonne question après avoir pris un peu de recul comme l’a observé un autre analyste Bamum. 

POURQUOI LES BAMUM SONT DONC VISÉS DE MANIÈRE RÉPÉTÉES DANS LE SUD DU PAYS?

Je vais juste vous livrés quelques pistes et aussi quelques images! En 37 ans de «renouveau de Paul Biya», l’élite RDPC a longtemps considéré le Sud du pays comme «la cuisine interne de Paul Biya», «sa chambre», «son sanctuaire», «son bastion» qui n’a pas droit de tomber entre les mains d’un seul «opposant venu d’ailleurs». C’est ainsi que nous y assistons à des scores soviétiques en faveur de Paul Biya, considéré comme le «frère du village» choisi par Dieu pour diriger le Cameroun comme un roi et à vie. A travers donc ce pouvoir, les fils et les filles du Sud du pays sont supposés être privilégiés dans l’administration. Voilà pourquoi il faut même fausser les chiffres d’élection pour attribuer 100% à Paul Biya depuis près de 40 ans. Cette fidélité sans faille au frère du village n’a paradoxalement pas produit le développement escompté. La misère et la pauvreté ambiante ont été exposées durant les scènes d’émeute xénophobes ces derniers jours. Comment donc ceux qui donnent 100% à leurs frères Biya sont parvenus à caisses les commerces et les boutiques pour y voler les biscuits, les sardines, les sacs de riz alors qu’ils croyaient que le gouvernement c’est pour eux?

LES BAMUM SE BATTENT DANS LE PETIT COMMERCE ET LES MOTO TAXI ET CALL BOX

Ce qui est clair à la dernière nouvelle est qu’aucun Bamoun ne semble être impliqué directement dans le crime du jeune Bulu qui a péri dans une tragédie d’alcôve. C’est quoi donc cette une rancune longtemps enfouie qui ressort contre les Bamum dans le grand sud? Est ce que les Bamoun ont des comportements irréprochables? Je ne crois pas du tout. Méritent ils pour autant une vindicte populaire ou leurs commerces et magasins sont pillés de la sorte avec à la clef une interdiction formelle de la part de l’élite du coin de ne plus conduire les motos? Nous estimons qu’il y a autre chose qui se profile à l’horizon qui plonge ces communautés dans une paranoïa indescriptible. Par contre, des faits divers venus du Sud Cameroun, du Gabon et même du Département du Noun ont agité l’actualité durant des mois en rapport avec un curieux phénomène de ventes d’organes et de restes humains dont certains Bamoun si fièrement appelés Zaguinas sont passé maître! Peut on établir un lien avec ce phénomène macabre qui crée chez les populations du Sud un vrai ras-le-bol? Pendant que nous condamnons avec une très grande fermeté ces agissements répréhensibles qui peuvent aussi être l’une des sources de ces représailles inacceptables, ayons aussi le courage de condamner fermement les agissements criminels de certains frères malfrats dans nos rangs qui adorent la vie facile et veulent devenir riche à tout prix et à tous les prix. Soyons extrêmement vigilants.

ET SI CES REPRÉSAILLES ÉTAIENT AUSSI POLITIQUES? CES PHOTOS DES TITRES DE JOURNAUX SONT TOUS AUSSI DES INDICES NON NÉGLIGEABLES!

Laziz Nchare, New York, le 14 Septembre 2019.

plus-dinfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here