Manifestations en Côte d’Ivoire : le gouvernement promet « la plus grande fermeté »

0
191

Au lendemain des affrontements qui ont marqué plusieurs des manifestations contre une candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat, le gouvernement a mis en garde les contestataires et affiche « sa détermination à ne pas laisser s’installer le désordre ».

« Les instigateurs de ces troubles et leurs auteurs répondront de leurs actes devant la justice ». Dans le communiqué de presse rendu public ce vendredi, au lendemain de manifestations contre une candidature d’Alassane Ouattara à un troisième mandat qui ont pour certaines dégénéré en affrontements violents dans plusieurs villes du pays, le général Diomandé Vagondo, ministre de la Sécurité et de la protection civile, a mis en garde les organisateurs et les personnes qui ont participé à ces rassemblements interdits par les autorités.

 

Le gouvernement « s’engage à agir, avec la plus grande fermeté, et à ne tolérer aucune entrave à la quiétude des Ivoiriens » et déplore une « dynamique de défiance de l’autorité de l’État », affirme le communiqué. Accusant, sans les nommer, « certaines formations politiques de l’opposition » d’avoir appelé à protester « au mépris des procédures administratives », le général Diomandé Vagondo a également insisté sur « le caractère illicite et violent de ces manifestations ».

Au moins trois morts jeudi

Si le calme était revenu sur la quasi totalité du territoire, ce vendredi matin – le quartier de Yopougon, à Abidjan, était encore le théâtre de tensions dans la matinée – , la journée de jeudi a été marquée par de violents affrontements qui ont fait trois morts, selon les autorités ivoiriennes. Celles-ci ont par ailleurs annoncé que 59 personnes avaient été interpellées, dont 45 dans la seule ville d’Abidjan.

Les rassemblements sporadiques, lors desquels des manifestants ont érigé des barricades et brûlé des pneus, ont été systématiquement dispersés par les forces de l’ordre. Dans la commune de Yopougon, des confrontations entre policiers et manifestants ont paralysé la circulation dans la zone du palais de justice.

Jeune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here