MANIFESTATION À MAKEPE MISSOKE, LES POPULATIONS EN AVAIENT RAS-LE-BOL

0
211
mde

Cet après-midi 16h, des centaines de personnes, tous habitants du quartier Makepe Missoke, dans l’arrondissement de Douala 5ème, se sont rangées en ordre de bataille au lieu dit Bocom Missoke pour hurler leur mécontentement; barrant la route à l’aide des tables en bois et autres objets pouvant servir de barricades. Le but de la manœuvre était de faire entendre leur voix au autorités de la localité, à des fins de réclamations du retour de l’énergie électrique.

En effet, depuis plusieurs semaines, une partie de Makepe Missoke est sans électricité. Depuis deux mois, nous sommes plongées dans le noir, nous on dort dehors avec les moustiques, les enfants n’étudient plus depuis des mois, disaient-ils en y ajoutant, on veux la lumière.

Les manifestants n’auront pas plus de 30 minutes pour faire la loi dans cette partie de la ville car, les forces de l’ordre dont la Gendarmerie Nationale et L’équipe Spéciale d’Intervention Rapide (ESIR) seront prompt à réagir. Une fois sur place, les forces de l’ordre se sont servis de Gazs lacrymogènes pour tenter de disperser la Foule très obstiné. Ces jeunes manifestants, dans un élan de colère ne supportant pas la brutalité des hommes en tenues se sont servis des cailloux pour se défendre contre des forces de l’ordre qui tiraient aussi des coups de sommation.

D’après des témoignages sur place, le transformateur qui alimente toute la zone dite « Bel air » plongée dans le noir depuis des semaines, serait défectueux. Un problème que l’entreprise Eneo à déjà tenté de résoudre en mainte reprises mais à chaque fois, le même problème resurgit. C’est en raison de ce temps d’attente de la réaction d’Eneo trop long que les populations ont choisi de manifestee leur débordement, en se livrant de peu à un affrontement cet après-midi avec les forces de l’ordre qui, Après l’intervention dont plusieurs arrestations, la circulation est retournée à la normale, le calme est dominant et les activités dans la zone ne souffrent d’aucun danger, mais les forces de l’ordre continuent de monter la garde dans l’éventualité où il y aurait obstination des populations.

Le Sous-préfet de Douala 5ème était sur les lieux, mais le courant n’est pas rétablit.

 

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here