LETTRE OUVERTE AUX BAMILÉKÉ “Manipuler les camerounais, attiser les haines ethniques, voilà la recette du régime Biya

0
75

Pr. Maurice Kamto, extrait de son discours à la nation du 31 Décembre 2018.

Salut ma soeur, salut mon frère, je doute que tu ailles bien vu l’ouragan de haine Anti-Bamiléké qui souffle actuellement sur le Cameroun, mais comme Ernest Ouandié en son temps j’espère que tu l’affrontes avec le sourire. Des apôtres de l’enténèbrement des esprits comme Matthias Owona Nguini, Ernest Obama… nous ont traité avant-hier de tontinards, hier d’ethno-fascistes, et aujourd’hui on serait la race porcine, “des cochonards” clament-ils! Ne sachant plus à quel saint se vouer devant cette criminalisation de l’opinion politique dissidente, beaucoup de Bamiléké ont dû enlever leur patronyme sur Facebook, certains n’osent plus parler leur langue maternelle en public, pis encore d’autres préfèrent renier leurs origines. Qu’a t-on fait pour recevoir tout ces crachats au visage ? quel crime avons nous commis pour mériter tant de haine? être Bamiléké au Cameroun serait il devenu un chemin croix ?

Contrairement à ce que beaucoup croient, ce déferlement de haine contre nous (BAMILÉKÉ) n’a pas commencé avec la candidature du Pr. Maurice Kamto à la présidentielle de 2018. Si toi tu l’as cru, assieds toi confortablement et laisse moi te rafraichir la mémoire ou te donner quelques faits historiques:As tu oublié que pas plus tard qu’en 2012, Mgr Tonyè Bakot dans une lettre au doyen de faculté de science sociales et de gestion de l’université catholique de Yaoundé, se plaignait du nombre trop élevé d’étudiants Bamiléké dans cette institution? Souviens toi qu’on découvrait alors avec effroi, qu’au cœur même de l’église catholique camerounaise, il existait un tribalisme à ciel ouvert!

Ne te souviens tu pas qu’en 2011 grâce à Wikileaks, cette déclaration du ministre de la justice Amadou Ali lors d’un entretien avec l’ambassadeur des U.S.A au Cameroun: « un Bamiléké ne sera jamais président du Cameroun » était révélée au grand public ?

As tu oublié la sortie du ministre Mama Fouda et des élites du Centre dans un journal: “Rentrez chez vous (les Bamiléké)” après les émeutes de février 2008 ?

Ne te souviens tu pas qu’après la mort de Mgr Jean Zoa, c’est Mgr André Wouking qui devient archevêque de Yaoundé en août 1999, mais ce dernier arrivant par la route de Bafoussam verra des barricades dressées par des riverains pour empêcher son entrée dans la ville car il était selon eux “un étranger usurpateur”?

As tu oublié la marche des chefs Duala après les élections municipales du 21 Janvier 1996 ? parce des bamileké allaient se retrouver à la tête de mairies à Douala, ils scandaient “rentrez chez vous(les Bamiléké)”.

Ignores tu qu’après les élections de 1992 des commerçants originaires de l’Ouest et du Nord-Ouest ont vu leurs maisons et commerces brûlés à Akonolinga, Mbalmayo, Ebolowa, Sangmelima dans le Sud ??? Aurais tu oublié que de 1991 à 1993 une traque au faciès contre les anglophones et les Bamiléké avait déjà lieu à l’université?

Ne sais tu pas qu’en 1987, la nomination de Mgr Simo (Bamiléké) comme evêque auxiliaire à Douala, provoquait l’ire des prélats originaires du Littoral qui dans un mémorandum adressé au Vatican dénonçait une imaginaire “Bamilékisation de l’hiérarchie de l’église”?

Tu ne peux avoir oublié cette table ronde du 11 Mars 1987 à l’université de Yaoundé, où le Pr. Hubert Mono Ndjana choquait tout son auditoire en dévoilant son néologisme “l’ethno-fascisme”. Il couvrait alors d’opprobre toute l’ethnie Bamiléké, pour des velléités de conquête du pouvoir jamais établies de certains de ses membres au Cameroun. Ne faisant jamais l’économie de ses inepties, il parlera même de “Complot Bamiléké”. Dois je rappeler ici ce qu’ont subi Mgr Albert Ndongmo et Ernest Ouandié en 1970 dans ce Cameroun ? Dois je rappeler qu’à l’époque du “maquis » le bamileké lambda avait besoin d’un “sauf conduit” pour se déplacer dans ce pays car il était considéré comme “l’ennemi de l’intérieur”? Remontons même plus loin dans le temps. Ne savais tu pas qu’à la fin de l’ère coloniale un militaire français, le Colonel Jean Lamberton avait écrit: “Le Cameroun s’engage sur le chemin de l’indépendance avec, dans sa chaussure, un caillou bien gênant. Ce caillou c’est la présence d’une minorité ethnique: les Bamiléké”?

Chère soeur, cher frère, n’étais tu vraiment pas au courant de tout ceci ? Laisse moi donc te dire: la haine que des milliers de gens nous portent, les colons en ont été les générateurs, Biya et ses thuriféraires tel que Hubert Mono Ndjana en ont été les amplificateus. Des médias comme Vision 4 ont voulu te faire croire que tu es la/le pestiferé(e) responsable de tous les maux qui minent le Cameroun, tu serais l’incarnation même du tribalisme et de l’ethnisme, mais de qui se moque-t-on ? Quand Biya fait des scores staliniens dans le Sud, l’Est et le Centre aux présidentielles de 92, 97, 2004, 2011, 2018, pourquoi n’accuse pas t-on les Beti-Bulu de tribalisme ???les Beti-bulu ont-ils honte de soutenir Paul Biya? Quand un Beti-Bulu vote Biya l’accuse dont d’ethno-fascisme ? Pourquoi un Bamiléké serait-il frappé d’anathème lorsqu’il soutient le Pr. Maurice Kamto? Serait ce une hérésie pour un Bamiléké de soutenir un autre Bamiléké ??? Avant le Pr. Kamto, Hameni Bielieu, Albert Dzongang, Djeukam Tchameni, Hubert Kamga, Jean Djeuga ont été candidats à la présidentielle, pourquoi ne les as tu pas soutenu ??? Serais tu devenu comme par enchantement le champion incontesté et surtout incontestable du tribalisme et de l’ethnisme en 2018??? Une fois de plus de qui se moque-t-on ? Renversons même le sablier de l’histoire. Quand nos grand-parents en 1950, ont désavoué le Roi Matthias Djoumessi pour suivre Um Nyobè (un Bassa) dans L’U.P.C où était notre tribalisme viscéral ? Qui cherchent ils à manipuler ? Faudrait qu’on apprenne à nous respecter dans ce Cameroun, nous ne sommes pas vos serpillères bong sang!!!

 

Toi mon frère, toi ma soeur si tu soutiens le Pr. Maurice Kamto, n’aie pas honte, car tu ne le fais pas par tribalisme mais parce qu’il a prouvé qu’il avait la compétence de sa compétence dans bien des domaines. Et même si tu ressens une certaine fierté car il est Bamiléké, ce n’est en aucun cas du tribalisme, encore moins de l’ethno-fascisme. Cette fierté, cet amour irrésistible que tu as pour les tiens n’est pas un comportement déviant, loin d’être du tribalisme ou de l’ethnisme, c’est de la tribalité ou de l’ethnicité, car l’amour des siens n’est pas la haine des autres. “Si tu es neutre en situation d’injustice, alors tu as choisi le côté de l’oppresseur.”

 

Cardinal Desmond Tutu

 

Ils savent t’assiéger quand il s’agit de te traiter de tribaliste, d’ethniste mais quand tu subis le tribalisme d’État du régime Biya, où sont ils pour dénoncer cette ignonimie ???

 

Le Dimanche 3 février 2019, dans l’émission “Actualité Hebdo” diffusée sur la télévision nationale CRTV, le ministre Jean de Dieu Momo dans une sortie aussi scabreuse qu’honteuse, à mots à peine voilés promettait un génocide à toute une ethnie pour les opinions politiques de quelques de ses membres, a-t-il été ne serait ce que rappelé à l’ordre par le satrape d’Etoudi ? Sachant que “qui ne dit mot consent” quelle conclusion pouvons nous en tirer ? Et La majorité des camerounais non-Bamiléké n’est elle pas restée silencieuse devant cette sortie intolérable, inconcevable, abominable ? Devons nous croire que c’est le même mutisme dont ils ont fait preuve quand les français perpétraient un génocide contre les Bamiléké dans les années 50’/60’? Pendant que nos devanciers se faisaient massacrer regardaient-ils en toute connaissance de cause ailleurs ?

Ma soeur, mon frère j’espère qu’un jour les camerounais auront le courage de regarder leur histoire en face, qu’ils solderont enfin le compte des années d’indépendance pendant lesquelles des centaines de milliers des nôtres périrent dans l’indifférence des camerounais. Là et seulement là, on pourra entamer le démantèlement structure mentale par structure mentale de ce tribalisme, qui régit non seulement certains esprits indigents, mais qui est surtout l’aliment dont se nourrit la dictature réptilienne Biya pour survivre. Le “Vivre Ensemble” au lieu d’être juste un slogan spécieux, que serinent dans leur quête de légitimité des politiciens véreux, deviendra alors effectif. En attendant ce jour, si tu veux tontiner pour le Pr. Maurice Kamto fais le, si tu n’épouses pas ses idées ne le fais pas, mais ne te laisse point museler. Quelque soit le sujet, n’hésite surtout pas à donner ton opinion. Pour finir, sois fier(e) de ton histoire, de ta langue, et encore plus de ta culture comme tes ancêtres les Baladis qui quittèrent l’Égypte au IXe siècle car ils refusèrent l’assimilation aux arabes. le lien de la video: https://youtu.be/LRdl4kI071c P.S: SVP partagez cette lettre massivement dans vos groupes Facebook, Whatsapp… pour que ses destinataires la reçoivent.

Arnold N’kam

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here