CÉLESTIN DJAMEN : « LE BOYCOTT N’A AUCUN IMPACT EN DICTATURE »

0
276

L’invité de l’émission « ABK MATIN » de ce jour est resté antinomique aux récentes activités politiques et médiatiques du mouvement pour la Renaissance du Cameroun(MRC). Célestin Djamen est militant du MRC, mais pense avec conviction qu’un parti politique n’est ni une église, ni une ONG, mais une organisation politique à travers laquelle l’on fait avancer la société au moyen des idées et non d’une personne. « On doit sortir de l’émotionnel, dans tous les milieux humains, pour que les choses avancent il faut dénoncer, débattre des idées et non d’une personne. Ce n’est pas un crime de le faire, c’est de la démocratie »…Dit-il. Durant cette interview qui a durée plus d’une heure sur la 89.9 FM Douala, le Secrétaire National aux Droits de l’homme du MRC a tenu à rappeler que ces sorties médiatiques n’ont pas pour objectif de déclarer une guerre à ses amis politiques, mais plutôt d’ouvrir des points de débats comme partout ailleurs en politique. Selon lui, ses camarades du parti saisissent dans le mauvais angle ses prises de position, et cette mauvaise approche de sa personne par les siens est dû à leur naïveté, leur mauvaise éducation politique et le trop plein d’émotion à l’idée d’être du camp de Maurice KAMTO. « Le combat autour de la personne nous enferme dans les ténèbres de la pensée, il faut combattre autour des idées, a-il dit » 

Sur la question du Boycott qui est d’ailleurs le déclic de ce qui est perçu par certains comme un revirement spectaculaire (car c’est depuis l’annonce de la non participation du MRC par Maurice Kamto le 24 Novembre 2019 à Yaoundé, Odza, au Double Scrutin que Célestin Djamen a engagé avec cette série de sorties controversées), il a par tradition manifesté un rigoureux mécontentement eu égard à ce boycott des élections : « La dictature n’as pas besoin de légitimité pour exister. On n’est plus un parti politique si on ne va pas au élections. En allant bousculer sur le terrain, on se donne une chance d’être soutenu par le peuple. » dit il. Célestin Djamen ajoute : « Le boycott n’a aucun impact en dictature. Ailleurs ça peut marcher selon les circonstances. Mais au Cameroun, nous savons à qui nous avons à faire, le dictateur n’a pas besoin de légitimité pour diriger le pays. Qu’est ce que le boycott a résolu ? »

Entre le journaliste Luc Ngatcha, L’invité Célestin Djamen et les auditeurs de cette émission matinale, l’échange en interaction était quelque peu tendu. Mais, Célestin Djamen par son expérience manifeste est plutôt resté serein face aux intervenants qui manquaient de maîtrise. « les camerounais doivent être politiquement éduquer », un propos soutenu à mainte reprises par Célestin Djamen qui a aussi dit ne pas être près de quitter le MRC même certains de ses Amis Politiques le lui demandent.

 

 

Billy Kolla / plus-dinfos.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here